« Aujourd’hui, les questions d’éducation artistique et culturelle, de démocratisation de la culture ont disparues dans la parole publique et les préoccupations politiques. Ceci nous encourage à persévérer dans ce travail que nous menons depuis toujours, en y apportant des réponses à notre échelle d’artistes, forts de nos expériences et de nos savoir-faire.

Envisager l’art chorégraphique comme une expérience sensible de travail et de vie à partager, à travers l’immersion dans nos processus de création.  Loin d’être la seule propriété des professionnels, la danse est un atout puissant pour une humanisation de nos sociétés. Elle permet un partage et un plaisir collectif, une forme d’hétérotopie* où la pratique artistique devient patrimoine collectif.

Dans le projet du GRCIP, l’exigence artistique est un objectif commun nourri par tous. Le travail de ce Groupe de Recherche Chorégraphique Intergénérationnel et Participatif, formé d’amateurs engagés, s’inscrit dans la durée, et nous le développons dans une vision sociale et politique.

 

Laurence Bertagnol et Jean-Christophe Bleton - mai 2018

 

Le Groupe de Recherche Chorégraphique Intergénérationnel et Participatif - GRCIP

Depuis 5 ans Laurence Bertagnol et Jean-Christophe Bleton se sont associés comme chorégraphes et travaillent avec un groupe régulier d’une trentaine de danseurs amateurs composé d’enfants, d’adolescents, d’adultes de 6 à 68 ans.
Ils ont mené avec ce groupe 3 créations :
Boléro, un obstiné printemps (2013), Sur l’aire du temps (2015), City Charivari (2016)

Forts de ces trois expériences, de l’implication et de l’engagement de ce groupe de danseurs, auxquels sont associés systématiquement des artistes professionnels, ils souhaitent à présent créer avec ces amateurs, et d’autres à l’avenir, un Groupe de Recherche Chorégraphique Intergénérationnel et Participatif (GRCIP).

Il s’agit d’inscrire le travail de ce groupe dans la durée et le développer dans une exigence artistique, sociale et politique.


Le GRCIP propose un espace unique de dialogue et de création ou des générations différentes retrouvent le plaisir du partage, construisent un espace de confiance, où chacun peut s’exprimer dans une démarche de création commune.

Actuellement Laurence Bertagnol et Jean-Christophe Bleton mènent avec le GRCIP le projet ANIMA

Du souffLe individuel à l’elan communautaire, comment parler de communauté aujourd’hui ?
Le souffLe commun s’incarne souvent à travers une pensée politique, mais peut-il s’incarner aussi à travers un acte artistique, et notamment par la danse et la musique, le mouvement et le son des corps ?